balades d'un couple franco-japonais…

En attendant le Printemps (airports stories 6)

Et voilà, il fallait bien que ça arrive, je suis de retour en France. Cette fois, le programme est simple : préparer le déménagement pour le Japon. Si tout va bien, je serai de retour au Pays du Soleil Levant d’ici 3 mois. Tu vas donc pouvoir reprendre un peu ton souffle avant de pouvoir retrouver mes longues balades. Je vais tout de même essayer de te donner des nouvelles de mes démarches (visa, déménagement etc), mais le rythme de mes publications va sans doute en prendre un petit coup pendant quelques semaines. Mais avant ça, je t’emmène dans pas moins de 3 aéroports. Le voyage retour aura été particulièrement long cette fois, et ma nuit à Séoul m’aura fait découvrir les joies de posséder un aéroport pour moi tout seul… Nous quittons l’Automne pour entrer dans l’Hiver, en attendant le Printemps…En route!

Me voilà une fois de plus à l’aéroport du Kansai. Cette fois je suis seul car Sakura passe un examen aujourd’hui. J’ai donc du temps pour errer dans les couloir de l’aéroport flottant.

Mes bagages sont enregistrés et je n’ai qu’à attendre l’heure de l’embarquement, la mort dans l’âme, cela va sans dire.

Au détour d’un couloir ou d’une verrière, des notes de musique très…. nipponne, me parviennent.

Je m’approche du bru… de la musique, pour découvrir une scène devant laquelle s’agitent quelques trentenaires otaku, en pleine chorégraphie devant leur idole. Ca m’amuse et ça m’inquiète un peu aussi… mais en tout cas, ça me donne une dernière dose de « japonitude ».

Comment leur en vouloir, quand on se place sous certains angles, d’aimer cette…chanteuse à la souplesse agréable. Mais l’heure de l’embarquement approche, alors je me met un peu à l’écart pour profiter une dernière fois du calme.

Ça y est, on embarque, et j’ai le temps de faire ma presque traditionnelle photo de tarmac, un peu au dernier moment, il faut bien le dire…mais je me rattraperai à Séoul…

Et voilà, l’avion quitte le sol Japonais, cette fois, je sais que je reviens très bientôt, et pourtant, je suis plus abattu que l’an dernier. Sans doute aussi parce que je suis là depuis 3 mois…

Je profite nénanmoins de la vue sur le sol de coton que j’apprécie tant lors des vols.

Lorsque nous arrivons en vue des côtes Coréennes, j’aperçois un drôle de dispositif lumineux au large. Je ne sais pas ce que c’était, mais c’était plutôt joli.

Nous voilà arrivés à l’aéroport de Gimpo à Séoul. Je vais avoir toute la nuit à patienter. Il est 18H15 et mon avion repars de l’aéroport d’Incheon à 10H00 demain matin.

Alors que faire d’ici là? C’est simple, j’ai la chance d’avoir un petit paquet d’amis Coréens, et ce soir deux de mes plus vieilles amies ont décidé de me renvoyer l’ascenseur de l’époque où je m’occupais d’elles en France. Elle viennent donc me chercher à l’aéroport et m’emmènent faire un tour et manger un morceau. Pas beaucoup de temps donc pour visiter l’aéroport de Gimpo dont les 3 photos précédentes sont tout ce que j’en ai vu. C’est parti pour l’étape Coréenne du jour.

Si lors de mon dernier passage à Séoul je n’avais pas vraiment eu le temps de voir le pays (arrivée, bus, repas, bus, départ), cette fois j’ai l’occasion de prendre le métro et d’arpenter un peu plus la ville. L’occasion d’un inévitable jeu des 7 différences avec le Japon. La dernière fois, l’architecture et l’ambiance générale m’avait vraiment semblé identique au Japon. Mais cette fois, après trois mois de Japon intensif, j’ai réellement l’impression d’être à l’étranger (bah oui, normal…) voilà les quelques points qui m’ont sauté aux yeux. D’abord le contact avec le métro. Bien que construit exactement sur le même principe (banquettes le long du wagon), le métro que l’on utilise pour regagner le centre est plus spacieux. Les banquettes sont beaucoup moins confortables, et la rame n’est pas aussi propre . Mais surtout, les Coréens semblent beaucoup moins « disciplinés ». Fini les passagers qui attendent que tout le monde soit descendu pour monter dans le train, fini les téléphones en silencieux, ici on parle au téléphone sans problème, et surtout, fini les « uniformes »… pas de salary-man en vue, pas plus que de midinettes en jupette et bottes… Les Coréens ressemblent de prime abord à des Japonais bordéliques. Mais certains le perçoivent sans doute plus comme « des Japonais plus chaleureux »…

Nous arrivons au quartier de Yongsang où nous allons manger. Nous arpentons les étages d’un immense centre commercial identique à ce que l’on trouve au Japon. Une sorte de Galeries Lafayettes qui aurait prit des stéroïdes. Comme nous n’arrivons pas à trouver le restau qui nous interesse, mes copines demandent leur chemin à tout le monde. Chaque vendeuse croisée aura droit à la question « où est tel restaurant? ».  Et tout le monde nous répondra sur le ton le plus naturel du monde, sans s’embarrasser d’un éventuel ton solennel qu’un employé nippon prendra toujours avec un client.

Finalement, nous sommes à table et attendons impatiemment notre Bulgogi. Lorsque nous sommes entrés dans l’établissement, personne ne s’est encombré d’un quelconque « bienvenue » que tout le personnel aurait crié si nous étions encore hier.

Le repas coréen a quelque chose de plus sympa que le repas Japonais. Outre les grandes différences de cuisine (en Corée on mange bien plus épicé notamment), le repas lui même est très différent. Ici, on mange tous les plats en même temps. Au Japon, c’est plus ou moins le cas dans le sens où il n’y a pas d’entrée, plat, dessert, mais ici, cela va bien au delà. Pendant que le bulgogi fini de chauffer sur la plaque de notre table, le serveur n’en fini pas de nous apporter les accompagnements. Purée de courge, salades diverses, kimchi, épis de mais etc etc… Tout ceci, à volonté (et on ne se privera pas d’en reprendre).

Je jubile déjà à l’idée de manger cette spécialité Coréenne que je connais bien, mais que j’ai toujours mangé en dehors du pays (en France ou au Japon). Lorsque le jeune serveur estime que c’est prêt, il nous donne un top départ dont l’écho n’aura pas le temps de se propager.

Une fois nos panses bien remplies, nous quittons la table et allons prendre l’air quelques instants à l’extérieur de la gare de Yongsang.

Ici aussi les lumières de Noël sont déjà bien installées.

La balade est courte car malheureusement, le temps joue contre moi. Nous avons déjà dépensé beaucoup de mon capital « temps », et la route vers l’aéroport d’Incheon est encore longue. Nous nous offrons tout de même une énorme glace (malgré le froid) dans une grande chaine très populaire ici. L’occasion pour nous de continuer à se donner des nouvelles de ce que sont devenues nos vies, cela fait quand même 2 ans qu’on ne s’était pas retrouvé.

Mais il est temps à présent de prendre le train qui m’emmène à mon « hôtel » : l’aéroport. Il est tard, et dans la rame, j’ai un avant goût de ce qui m’attend pour le reste de la nuit : un no man’s land.

Pratiquement seul, j’ai tout le temps de repenser à tout ce que je suis sur le point de quitter, et je dois dire que le moral à ce moment là, n’est pas au plus haut. En regardant les petites LED s’allumer en rouge pour symboliser l’avancée du trajet, c’est déjà la nostalgie qui domine.

J‘arrive enfin à destination, il est minuit passé et je vais découvrir les joies de posséder un aéroport entier rien que pour moi, ou presque.

Le terminal est vraiment beau de nuit, avec tous ses couloirs tubulaires, je prends tout mon temps pour le visiter, puisque j’ai encore 10 bonnes heures avant mon vol.

Un site internet répertorie les meilleurs aéroports du monde où dormir, et les pires aussi. Celui d’Incheon est le 2ème meilleur alors que celui de Paris Charles de Gaulle s’illustre à la première place des pires…cocorico! Et vu la nuit difficile que j’ai passé ici, je n’aimerais vraiment pas tester la nuit à Paris… J’ai beau m’installer le mieux possible sur les banquettes du terminal, impossible de fermer l’oeil… alors je me promène et discute un peu avec les patrouilles armées de policier qui font leur ronde.

Le temps s’écoule tellement lentement que j’ai l’impression d’être dans mon nouveau chez moi. Mais tout vient à point à qui sait attendre (ou qui n’a pas le choix), et l’heure de la photo de tarmac arrive enfin.

Ma vie asiatique prend fin dans quelques instants, et j’en contemple encore un peu le reflet. Je suis désormais en route pour la dernière ligne droite avant mon installation à proprement parler. Si je rentre en France, c’est pour déménager, et obtenir mon visa working-holiday qui va me permettre de repartir courant Février si tout va bien, et pour un an minimum cette fois. En jetant un dernier regard sur l’Asie par le hublot, j’aperçois le desert qui entoure Oulan Bator qui s’est recouvert de neige. Je sais alors que je quitte l’Automne pour entrer dans l’Hiver, et que pour moi, le Printemps n’arrivera que lors de ma prochaine entrée dans l’aéroport du Kansai.

A bientôt pour quelques bonus qui te feront patienter jusqu’au retour au Japon!

Publicités

6 Réponses

  1. Kyu

    De bien belles photos une fois de plus ^^
    Avec une préférence pour celle juste en dessous de cette phrase :
    « Au détour d’un couloir ou d’une verrière, des notes de musique très… nippone, me parviennent. »

    Cette photo perturbe ma perception; mon corps me dit que je suis assis, mais mes yeux me disent que je suis couché, la tête levée vers le ciel : c’est une sensation tellement agréable ^^

    25/11/2010 à 21:16

    • Merci Kyu! C’est un commentaire qui fait plaisir, parce que, le problème de celui qui prends une photo, c’est de ressentir ce que va ressentir celui qui va seulement la regarder. Moi je sais comment j’étais positionné, où se trouve cette verrière, et dans quel environnement. En choisissant de la détacher de cet environnement, je te prive de repères, mais je te fait plus probablement ressentir ce que j’ai ressenti.

      C’est un peu le but du blog. Donner des morceaux de ce que j’ai vu, et en faire des images qui peuvent interpeller, séduire, emmener ailleurs, voire rappeler au « spectateur » un truc personnel dont je n’ai pas idée. Je pense que c’est ce qui différencie la photo de tourisme basique, à ce que j’essaye de faire de temps en temps, à savoir, de la photo amateur un tout petit peu travaillée.

      La plupart du temps, mes photos préférées (parmi les miennes) pourraient être prises n’importe où, et ne sont pas estampillées « Japon », justement parce qu’elles permettent parfois plus de voyager que les photos touristiques.

      25/11/2010 à 21:39

  2. kyn

    Ca fait un sacré voyage pour revenir en France 😮
    Tu as réellement dormi dans l’aéroport ? même pas un hotel ? les employés ne disent rien ? j’avoue ça me surprend car pas l’habitude (en même temps je ne voyage jamais :p)

    Bon sinon, pas trop froid ? 😀 Ca caille en France !

    25/11/2010 à 21:36

    • Oui oui j’ai réellement dormi dans l’aéroport…enfin entre 2h du matin et 5h, j’ai dormi en pointillés… de 5h à 9h j’ai piqué du nez assis sur ma chaise parce que là, l’aéroport était blindé de monde.

      Les employés? Bein ils sont chez eux et dorment…il n’y a que quelques passagers comme moi, les patrouilles de policiers, quelques agents d’entretien qui briquent les escalators et les toilettes. Eux quand ils passent près de ton banc, ils ne font pas de bruit.

      Ouais ça caille sévère, j’ai un peu de mal à m’acclimater, mais ça va encore… J’en profite de parler de ça pour ajouter que dans l’aéroport d’Incheon il ne faisait vraiment pas froid, au contraire!!…et quand on voit le volume, on aimerait pas payer la note de chauffage…

      25/11/2010 à 21:45

  3. Impressionnante la photo d’Incheon la nuit..

    (me dis pas que tu n’as pas trouvé les fauteuils/chaises longues à l’étage pour dormir?!?)

    Sinon le survol de la Mongolie et Sibérie est effectivement un délice quand il fait beau.

    26/11/2010 à 00:23

    • Eh bien…en fait…pour tout dire…euuuuh… concernant les chaises longues…. comment…. hum non, pas vu! 😦 C’est à dire qu’il y avait quelques personnes qui dormaient sur les bancs alors j’en ai déduit que y avait que là… et je me suis plutôt baladé en extérieur vu qu’il faisait trop chaud…

      La vache, suis dégouté là!!! Bon bein faut que j’y retourne pour dormir… Merci du tuyau David!

      26/11/2010 à 00:32

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s