balades d'un couple franco-japonais…

Loup y es-tu?

Bien le bonjour! Aujourd’hui, je te propose un article très particulier. Un article qui ne parlera malheureusement qu’aux aficionados de jeux vidéo. Il est donc possible qu’il touche un moins large public que mes articles « normaux », mais tant pis, une fois n’est pas coutume, et il m’était impossible de ne pas consacrer tout un article à ce jeu très attendu en Europe et que j’ai la chance d’avoir joué avant beaucoup de mes compatriotes, vu ma position géographique privilégiée. De quoi on parle? D’Okamiden, la suite de l’extraordinaire chef-d’oeuvre de Clover sur PlayStation 2, Okami, le plus japonais des jeux japonais. Si tu es un vrai fan d’Okami, tu connais sans doute déjà le blog de Diddu, Expérience Japon, incontrounable et extrêmement complet sur l’univers riche de ce jeu. Il n’est pas question ici d’être aussi exaustif, mais simplement de donner mon avis personnel sur la suite développée spécialement pour la Nintendo DS, que j’ai eu la chance de jouer. Alors, nouveau chef-d’oeuvre ou mascarade? Eléments de réponse…

Sakura étant LA fan d’Okami, nous avions bien évidemment commandé notre coffret collector d’Okamiden, qui nous a été livré le jour de la sortie japonaise du jeu, le 30 septembre 2010. Le coffret contient différents « bonus », et la précommande nous permet d’obtenir un stylet collector en forme de pinceau.

Peluche, écouteurs fantaisies, roman dérivé du jeu, extraits de la bande originale etc… tout y est pour faire plaisir. Mais le jeu saura-t-il être à la hauteur de son prédécesseur? Essayons d’y voir plus clair.

Je vais bien entendu m’appliquer à ne pas spoiler le jeu, mais essayer tout de même de donner quelques info. Je ne suis pas testeur de jeu, et je n’ai pas lu le test publié par Gamekult, pour garder justement ma façon de voir. Les quelques images que je vais utiliser pou illustrer mon propos sont toutes tirées du DVD inclu dans le coffret collector (ne pouvant pas faire de capture d’écran avec le lecteur DVD sous Mac, tu auras droit à des photos de l’écran… désolé.) J’ajoute que je me place ici en tant que grand fan d’Okami, exigeant et avec de lourdes attentes pour ce jeu. Ne sois donc pas étonné de l’éventuelle sévérité dont je pourrais faire preuve.

L’histoire.

Le jeu commence quelques mois après la fin d’Okami. La paix revenue sur le Nippon n’a pas duré. Un nouveau démon s’attaque au pays et les Yokai sont de retour. Chibiterasu, la version mini de la Déesse Mère Amaterasu, entre en scène pour combattre cette nouvelle menace. Pour cette aventure, notre ami Issun va décliner l’invitation. Chibiterasu va donc faire équipe avec une demi douzaine de protagonistes, qui apporteront chacun leurs atouts à notre louveteau divin.

Le gameplay.

Bien entendu, le fait d’être sur DS implique une meilleure manipulation du pinceau célèste. On se souvient que sur PS2, il n’était pas toujours très simple d’exécuter les dessins nous permettant de convoquer les pouvoirs d’Ama. Ici, nous allons pouvoir jouer de nos talents artistiques pour réaliser des dessins plus complexes. Par exemple, il faudra détourer des objets pour les reconstruire, ou encore dessiner une fleur pour la faire apparaître.

Voilà un élément dont on peut se réjouir. Le stylet va aussi nous permettre des actions très inspirées de jeux comme Zelda : Spirit Track. Ainsi, nos compagnons de voyage pourront être « envoyés » où bon nous semble, ou dans des endroits inaccessibles pour nous. Chaque personnage aura bien sûr son terrain privilégié. Ainsi Nanami pourra traverser les eaux, Kurô pourra planer au dessus du vide etc… Le jeu s’oriente donc assez vite vers des petites énigmes à élucider à l’aide de cette « séparation des pouvoirs ».

Un autre élément nouveau fait son apparition dans cet opus. Lors des phases d’exploration, il faudra parfois se battre, ce qui n’était simplement pas possible dans Okami. Nous avons droit ici à ce nouveau ennemis qui peuplent le nippon, et qu’il faudra affronter sans entrer dans une « arène de combat » traditionnelle. Autant le dire tout de suite, pas de combats épiques, juste des petits sbires qui frôlent le ridicule et qui n’opposent pas franchement de résistance.

Les Yokai de base se combattent toujours en arène, mais quelques nouveaux sont affrontables « directement », en voici deux types.

Le bestiaire du jeu est plutôt convaincant, avec 58 ennemis différents. Il reste tout de même beaucoup moins varié que celui de l’épisode PS2.

Chibiterasu, chien fidèle?

Concernant le Nippon, l’aventure prend place aux mêmes endroits que dans Okami. On parcourera avec bonheur et parfois émotion les rues de Seyan, Kamiki, les plaines du Shinju, etc… Certains lieux ont bien changé en quelques mois, ce qui évitera au joueur trop de lassitude à courir les mêmes chemins. Mais le monde est aussi beaucoup plus réduit. Simplifié graphiquement (quoi qu’encore très beau), beaucoup de lieux visités par Ama ne le seront jamais par Chibi. Heureusement, l’inverse est vrai aussi. Les nouveaux lieux sont beaucoup plus simples, mais ont le mérite d’être inédits et bien intégrés au Nippon que l’on connait déjà. Certains de ces nouveaux passages mettront à profit une vue plus « plateforme » que d’habitude, ce qui, là encore, soufflera un petit air de fraîheur bienvenu.

L’aventure est donc bel et bien toute nouvelle. Evidemment, Capcom vise ici un public large qui n’a pas forcément joué Okami. Du coup l’histoire semble un peu longue à démarrer. Pour nous qui avons fouillé méticuleusement Okami 20 fois, on passe tout de même pas mal de temps ici à faire des va-et-vient dans des lieux archi connus. Heureusement, cela n’a qu’un temps, et on fini par oublier ce « défaut ». On s’aquite donc de notre période « je récupère mes pouvoirs » sans trop rechigner, mais en espérant chaque fois un vrai nouveau pouvoir…

Tout semble donc merveilleux dans ce nouvel épisode, en tout cas sur le papier…Et c’est là que je commence à noircir le tableau, mais va jusqu’à la fin pour avoir l’avis complet.

Okami or not Okami?

Techniquement, on sait bien que l’on est sur DS et que les capacités de la console sont limitées, comparées à sa grande soeur la PS2. Aussi, il est normal que le nippon soit moins détaillé, moins vaste etc. Pour autant, le souci du détail qui faisait la perfection d’Okami semble avoir souffert du changement de console (ou d’équipe de développement?). Si on est pointilleux comme moi, on râlera sur le temps que met l’ecran à passer de la position normale à la position « dessin ». Une seconde à peine me diras-tu, mais répétée 50 fois par combat, la seconde semble bien longue. Ou encore face à la modélisation du dessin de notre pouvoir (quand on a dessiné notre boucle pour faire du vent par exemple) qui a perdu toute trace d’estampe japonaise. Détails détails, mais détails visibles 200 fois.

Mais là où le fait d’être sur DS pose vraiment problème selon moi, c’est qu’à force de simplifier Okami, fait-on encore de l’Okami? Si comme moi tu as vénéré Amaterasu pour ses parties de pêche, ses entrainements au Dôjô, ses courses avec le facteur du coin ou ses influences sur la mode de la capitale, j’ai le regret de t’annoncer que tu ne retrouveras rien de tout ça, ni même un équivalent dans Okamiden. Ici il y a une aventure principale (de très bonne qualité attention), mais aucun « à côté ».pas l’ombre d’une quête annexe. Cette triste constatation n’est pas sans conséquences plus importantes. Pas une fois, je répète, pas une fois, je n’ai vendu ou acheté un objet chez un des nombreux marchands. Je n’ai même jamais eu envie d’aller voir s’ils proposent des objets utiles etc. L’aventure n’est pas difficile, on survit sans aucun problème avec ce qu’on trouve ici et là, ce qui amenuise serieusement l’envie de fouiller, de retourner en arrière, de revendre ou de combattre pour augmenter son capital et s’offrir un objet rare.

Alors pourquoi s’acharner à faire un épisode sur DS? On pense tout de suite au stylet. Mais là encore je vais enfoncer le clou de ma déception. Je rappelle que je me montre volontairement exigent, je ne suis pas là pour vendre le jeu, je suis là pour donner UN avis de fan d’Okami… Si le stylet est la carte maîtresse d’Okamiden, pourquoi avoir tranché dans le nombre de pouvoirs? Si on accède à quelques nouveaux pouvoirs, on se retrouve tragiquement avec un seul vrai pouvoir d’attaque…le issen. Bien entendu dans Okami on n’utilisait pas forcément toutes les variantes de nos attaques (la tornade, la pluie, la glace etc…) mais au moins, on pouvait le faire. Ici, les combats vont vite tourner en rond. marteler la touche Y, entrecouper ça d’un coup d’issen par ci un coup d’issen par là, et on dors presque devant nos ennemis. Heureusement que nos compagnons de voyage nous prêtent chacun leurs attributs pendant les combats, mais du coup, on n’utilisera le pouvoir du feu que lorsqu’on a Untel sur le dos…

Bon alors on jette?

Alors, rien à sauver? Heureusement si! Tu l’auras compris, Okamiden ne sera jamais Okami. On se demande d’ailleurs bien pourquoi tout à coup notre héros est un chiot… Personnellement, outre le fait que ça colle à la thématique de la DS, je crois surtout que ce format de personnage permet un meilleur rendu. Sans en dire trop, lorsque dans l’aventure on rencontrera un ou deux loups adultes bien connus, on s’appercevra vite qu’ils semblent avoir prit le tramway en pleine gueule.

Du coup, armé de notre petite peluche toute kawaii, on peut jouer à fond la carte du mignon, à grands coups de bisous, câlins, petits coeurs, larmes etc… Et ça fonctionne à fond. Toujours à la limite de la guimauve, jamais au delà. Tout cela est très bien dosé. Le fait de changer de cavalier, bien que finalement assez lassant en terme de gameplay (on les contrôle tous de la même façon, seul l’environnement change), s’avère très dynamisant. Et évidemment, on développe des sentiments pour certains.

Nanami par exemple, bien que très mignonne et amusante, va savoir pourquoi, m’agace au plus haut point.

A l’inverse, Kagura est de loin mon personnage favori. Avec son caractère bien trempé, elle m’a complètement vampirisé. Chaque fois que nos routes ont du se séparer, j’étais réellement triste, et chaque fois que je la retrouvais, j’étais vraiment ravi. Preuve que le système fonctionne à merveille.

Bon alors? J’achète ou pas?

Tu l’as vu, je n’ai pas été tendre avec ce jeu. Je peux encore ajouter quelques points de déception. L’histoire est finalement assez basique, et ne prend pas assez appui selon moi sur le background proposé par Okami. On sera frustré de quelques points, on sera heureux de quelques autres, on sera souvent indifférent. Alors pourquoi le jouer? Hé bien pour plusieurs raisons (ouf!).

D’abord tu t’en voudras toute ta vie de ne pas l’avoir joué, tu ne pourras plus jamais dire « moi je suis un fan d’Okami » parce que quand on te diras « Ah bein alors t’en a pensé quoi d’Okamiden? », tu auras l’air bête. C’est réellement la raison principale selon moi. Tous les fans de Silent Hill te diront que seuls les 2 premiers, voire le 3ème sont vraiment réussis, mais on a tous joué tous les épisodes, et eu notre part de décéption. Qu’importe, c’est l’histoire des séries.

Ensuite si tu as vraiment aimé Okami, qu’il t’a marqué au fer rouge etc, Okamiden est toujours une petite dose de cette drogue qui t’avais occupé des heures et des heures sur PS2. Tu retrouveras les mêmes sensations à battre la campagne au rythme des musiques toujours aussi inspirées et grandioses. Les thèmes classiques raviveront tes souvenirs alors que les nouveaux te permettront d’en construire de nouveaux. De même, redécouvrir les lieux connus, avec leurs variantes sera toujours un grand moment. Tu pousseras de « ouaiiiiis » et des « yes excellent!!! » à chaque fois que tu fleuriras un arbre et purifiera une région, et tu iras à toute vitesse vers les lieux secrets que tu avais découvert avec Ama, voir s’ils existent encore… Et sera content de voir qu’un vieux avec un cerisier sur la tête se porte bien…

Enfin, on savait bien que la DS ne nous offrirait pas une aventure aussi épique, grandiose, nouvelle, époustouflante qu’avec Okami, et le côté décéptif est forcément là. Mais le pari de faire revivre un peu le chef d’oeuvre à « moindre frais » est entièrement réussi. Je continue à me demander pourquoi ils ne s’attèlent pas à un nouvel épisode qui pourrait aller aussi loin que le premier volet, mais on ne peut pas faire ce procès à ce jeu.

Un dernier point important que je n’ai pas encore abordé et que je sais qu’au moins une personne attend avec impatience… Est-ce que Okamiden fait autant la part belle à la mythologie que son ainé? Là aussi, la réponse est fidèle à tout ce que le jeu est. Oui, on retrouve des références à la mythologie. Momotarô est encore un peu là, mais traité différemment, on trouvera aussi de fortes références à la légende Tsuru no Ongaeshi, mais, encore une fois, cet aspect est plus limité que dans l’épisode précédent (faut dire aussi qu’il laissait pas grand chose d’inexploité).

Tous comptes faits.

Okamiden décevra les idéalistes qui espèrent encore voir débouler sur DS un jeu supérieur à son ainé sur PS2. Mais, si on le prends pour ce qu’il est : une piqûre de rappel, une version light, un petit prolongement au plaisir (qui m’a tout de même occupé pendant près de 23 heures et que je vais refaire avec les cadeaux de fin de partie…), alors on sera simplement ravis de pouvoir, une fois encore parcourir le Nippon, revoir les villageois parler avec une tête qui bouge comme de la gelée, rire des running gags et des caractères de chaque personnage, et surtout écouter ces thèmes musicaux qui accompagnent avec brio la patte graphique qui n’a rien perdu de son caractère.

Bien entendu, on sera frustré de perdre beaucoup de pouvoir pour seulement en gagner quelques nouveaux, on s’ennuiera surement lors des combats un peu trop faciles et répétitifs, on ne sera pas aussi pressé de fouiller toutes les cahutes des villages, mais quand on aura fini, on voudra encore un peu d’Okami. Preuve que l’ambiance est encore là, et que le pari est gagné. Je ne suis pas sûr qu’il faille s’acheter une DS pour ce jeu, mais si on en a une et qu’on a aimé Okami, il est impossible de passer outre cet épisode, c’est évident.

Publicités

12 Réponses

  1. Merci pour cet avis critique et détaillé. Tes propos confirment les différents ressentis dont on m’a déjà fait part sur le jeu.

    2 petites questions :

    Les nouveaux lieux sont-ils cohérents avec la carte du Japon actuel (climat, végétation, cultre, architecture, etc…) et le Nippon que l’on connaissait dans Okami (http://experience-japon.over-blog.com/article-paysages-du-japon-dans-kami-44663008.html) sachant que plusieurs zones restaient inaccessibles.

    Et est-ce que l’ensemble de l’univers Chibi du jeu, que soit les enfants des divinités du pinceau céleste, Chibiterasu, les héros qui nous accompagnent, etc trouvent une explication dans le scénario ou ne sont justes présents que pour s’adapter à la taille des écrans de la DS ? (tu peux me répondre simplement par oui ou par non, sans spoiler l’intrigue d’Okamiden).

    @ bientôt,
    Amicalement,
    Diddu

    29/10/2010 à 08:51

    • Il est assez difficile de répondre précisément, en tout cas avec la précision qui te caractérise (je viens encore de découvrir quelques uns de tes articles, décidément tu me scies, et j’ai bon espoir que tu trouves bien plus d’éléments importants à relever dans Okamiden que nous n’en sommes capables Sakura comme moi). Je vais essayer tout de même.

      D’abord l’étendue totale de la carte du jeu étant bien inférieure à celle de Okami, il n’y a que des nouveaux lieux à l’intérieur de ce qu’on connait déjà. Parfois on accède à un nouvel endroit par un passage qui se crée devant nous.Par exemple, au début du jeu, devant la gravure où l’on dessine un soleil dans Okami, dans la vallée de Hanasaki. Ici un nouveau passage s’ouvre sous la grande fresque. D’autres lieux apparaitront par des voies « magiques »… Mais bien souvent il s’agit de « donjons » fermés. Ainsi il y aura beaucoup à faire à l’intérieur du théatre de Kabuki installé à Seian… La cohésion avec la carte du Nippon est parfaite, mais il est moins évident de chercher des cohésions avec la carte du Japon réel (comme l’île Oni à Megijima…) ou avec la végétation.

      Pour ta deuxième question, je dois encore prendre des pincettes. D’abord parce que ma maitrise du Japonais est trop faible et que j’ai du beaucoup compter sur les explications de Sakura, qui n’est pas à l’abris (crois moi) d’avoir zappé des détails qui peuvent lui sembler anodins sur des longues cinématiques, et qui au final passent à la trappe. Mais quand même, concernant Chibiterasu et l’explication du lien avec Amaterasu, inutile d’attendre la fin avec impatience juste pour ça. Le seul lien évident est qu’ils ont les mêmes tatouages (contrairement à Shiranui). C’est maigre pour conclure à une parenté, a priori inventée par le public, ou présentée dans un contexte hors jeu que j’ignore. Le jeu lui même ne le dit jamais (sous reserve d’un oubli majeur de Sakura mais là je crois pas)…

      Visiblement le propos du jeu n’était pas celui là, à ma grande surprise. Je note cependant que le lien de parenté entre Suzano et Kuninushi, lui, est bien précisé, et a même son importance à la fin. Comme quoi le lien de Chibiterasu à sa supposée mère reste volontairement absent, peut-être trop évident? J’aurais aimé une confirmation.
      Je serais donc tenté de répondre que, sans que le coté chibi soit complètement gratuit (on n’est pas dans une version SD du jeu, mais bien avec les enfants du monde du nippon), il n’est pas non plus montré comme un point important ou caractéristique, genre « les enfants sauveront le monde », même si c’est une lecture possible, mais non revendiquée. Le coté chibi est là, c’est tout. Personnellement je le vois plus comme thématique avec la console effectivement.

      29/10/2010 à 10:24

  2. Bon, je ne suis pas un fan de jeux vidéos… mais okami est l’un des derniers (rares) jeux que j’ai acheté pour ma playstation. Et donc bien sur je suis fan…
    C’est vrai que sur Nintendo DS je me doutais bien qu’il ne falait pas en attendre grand chose… Mais bon, si un jour j’achète une DS…

    29/10/2010 à 10:30

    • Sincèrement comme je l’ai dit, il est sympa. On est bien dans du Okami etc. Je ne sais pas combien coute une DS, mais il me semble qu’effectivement cela ne suffit pas à l’acheter (je dis ça sérieusement parceque sur mes 11 plateformes, j’en ai acheté quelques-unes pour un jeu seulement…)

      Mais si tu as l’occasion de le jouer, ne t’en prives pas, il ne sera qu’un petit prolongement d’Okami, au pire même, juste une bonne excuse pour rejouer encore le 1er, mais il reste un épisode sur une portable, et un très bon jeu d’aventure. Ni plus, ni plus 🙂

      29/10/2010 à 10:36

  3. kyn

    J’ai eu l’occasion de jouer à Okami sur la Wii et je ne l’ai d’ailleurs toujours pas fini (oups) mais je l’ai bien aimé … tant dans le design que le système de peinture (avec la wiimote) !!
    Je suis allée au Paris Games Week fin octobre et je n’ai rien vu à ce sujet et pourtant on m’en a parlé ^^

    Moi étant grande fan du mignon, des goodies et autres accessoires, le coffret collector est fait pour moi ^___^ (je peux espérer le même pour la sortie française ??? non je crois que rêve !! )Rhaaaa je serais capable de l’acheter rien que pour tout ça et même pas le jeu … enfin si le jeu aussi, l’est trop mimi :p

    Bon en tout cas, ça me donne bien envie d’y jouer !!

    06/11/2010 à 17:09

  4. « Je continue à me demander pourquoi ils ne s’attèlent pas à un nouvel épisode qui pourrait aller aussi loin que le premier volet »

    La raison est simple, le premier Ôkami est un four commercial. Malheureusement 😦

    12/11/2010 à 17:19

    • Bonjour! Il y a de nombreux échec commerciaux qui ont donné d’excellentes suites, ou qui n’ont pas arrêté les équipes… Inutile de citer ICO, dont les faibles ventes n’ont jamais empêché Ueda de réalister Shadow et de prendre son temps pour travailler The Last Guardian…
      Et Dead Space qui a mis le paquet sur le 2 à venir bientôt (ainsi que sur un épisode spécial Wii et des media exterieurs, films d’anim, roman etc) pourtant le premier s’est très mal vendu…

      Bien entendu Ôkami a été crée par un studio qui a éclaté, mais puisqu’on donne naissance à un épiode DS, cela montre bien qu’il y a une demande (très forte au Japon), bref, je suis sûr qu’un épisode HD serait rentable, peut-être pas comme un Call of Duty, évidemment, mais ici on parle des jeux vidéo qui ont de l’ambition n’est-ce pas?
      En tout cas, bienvenue ici.

      13/11/2010 à 00:56

  5. Kyu

    Il va de soi que je ne peux pas mourir en paix sans y jouer =D !

    12/11/2010 à 20:33

    • Bonjour et bienvenue!
      Alors encore un peu de patience, et tu pourras tester à ton tour 🙂

      13/11/2010 à 01:07

  6. >Bien entendu Ôkami a été crée par un studio qui a éclaté, mais puisqu’on donne naissance à un épiode DS, cela montre bien qu’il y a une demande (très forte au Japon), bref, je suis sûr qu’un épisode HD serait rentable, peut-être pas comme un Call of Duty, évidemment, mais ici on parle des jeux vidéo qui ont de l’ambition n’est-ce pas?

    Certes 🙂
    Mais le studio qui a éclaté en question avait justement de l’ambition. Donc ça prouve aussi que l’ambition reste limitée par les sousous dès qu’on s’aventure dans des ornières autres que Call of Duty. Mais je ne désespère pas pour autant. Comme vous le soulignez, il y a bien eu une suite à Okami finalement 🙂

    13/11/2010 à 02:03

  7. Kyu

    Par contre, je pense que je vais trouver dommage de ne pas re-jouer avec Amaterasu, je m’étais personnellement très attaché à elle et je suis pas spécialement fan de tout ce qui est trop kawai ^^’ Enfin bon, je verrai bien =D

    14/11/2010 à 13:38

    • c’est aussi un de mes gros regrets… Chibiterasu est cool et on s’y attache… mais rien de comparable à la classe de la Déesse Mère :p

      14/11/2010 à 13:51

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s