balades d'un couple franco-japonais…

Îles flottantes.

Bien le bonjour! Nous voilà de retour d’un week end de 3 jours en mer intérieure de Setô, où se déroule actuellement la première édition d’un immense festival d’art contemporain. Chaque île abrite pour quelques jours des oeuvres installées spécialement pour l’occasion. Le compte rendu de ce week end spécial nous occupera au moins pendant 3 articles! Une véritable trilogie cinématographique t’attend donc dans les 3 jours à venir! Le premier épisode prend place entre la ville de Takamatsu, sur l’île de Shikoku où nous allons visiter le plus grand jardin du Japon, le Ritsurin Koen, et Megijima, une petite île à 20 minutes de bateau. Comme ma photo d’introduction peut te le faire deviner, ce premier jour est placé sous le signe de l’eau, et surtout de l’eau de pluie malheureusement… Mais ça n’est pas un peu de flotte qui va nous pourrir notre week end prévu depuis longtemps, alors en route pour 3 jours de folie!

Nous nous sommes levé à 5h du matin pour prendre notre car qui nous emmène à Shikoku. Direction Takamatsu que l’on gagne par un pont de 12km. Le trajet se passe bien, puisque nous finissons notre nuit. Nous débarquons à Takamatsu et choisissons de descendre à l’arrêt aux portes du Ritsurin Koen, un des plus beau et des plus célèbre jardin du Japon. Bien entendu, le temps pourri ne va pas rendre la visite facile, ni la beauté du parc optimale, mais l’entrée à 400 yens (très bon marché compte tenu de la réputation de l’endroit!) nous oblige à faire un tour. Bravant la froide pluie, je me concentre pour prendre des photos pour toi, lecteur, car après tout, il est facile de trouver des photos dignes de cartes postales de ce jardin, mais qui va te montrer la réalité du quotidien?

Bon le vrai problème avec un temps pareil, c’est que, n’étant ni photographe technicien, ni patient, les clichés ont tendance à être cramés par la luminosité d’un blanc éclatant. Tant pis, le parc nous montre tout de même de jolies choses…

Nous avançons, l’endroit est très calme (évidemment avec ce temps) même si il y a plusieurs visiteurs, mais l’espèce la plus représentée ici, c’est bien entendu la carpe Koi…

Habituées à être nourries dès qu’un humain s’approche, elles s’agglutinent et gobent désespéremment l’air en espérant attraper quelque chose… Pas de bol, nous, on est là pour des photos, pas pour du bénévolat aux Restos du Coeur des Carpes.

Et la balade reprend…

On suit des petits chemins de pierres fort glissantes aujourd’hui…

… qui nous mènent à divers points de vue.

Plutôt époustoufflant, malgré la pluie. Je dirais même que l’ambiance est bien paticulière…rare (parce que quand même on essaye d’éviter de telles visites sous de grosses averses en général…). Il est peut-être utile aussi de préciser qu’il pleut certes, mais que je suis en T-Shirt et que j’ai chaud. Bah oui on est au Japon, et tu verras demain qu’ici c’est clairement l’été… bref! Pour l’instant le soleil nous boude… alors pourquoi ne pas en profiter pour quelques clichés en noir et blanc tellement à-propos? Nous allons en profiter pour aller jeter un oeil au musée des Arts Populaires de Sanuki, gratuit et intéressant (même si là j’ai pas pris de photos désolé…)

Après avoir vu la maison de thé (sans y entrer, budget oblige), une dernière paire de carpe et un dernier îlot avec un de mes ami héron, nous quittons le parc pour nous diriger vers le port où nous attend notre bateau…

En route vers le port, nous nous arrêtons stupéfaits devant la maison de l’homme invisible…

Ainsi que devant le château du coin, dont les douves (fort peu profondes) sont alimentées directement en eau de mer. C’est un petit vieu du cru qui nous a accosté pour nous raconter un peu l’histoire de ce château. L’homme était fort sympathique et avait les yeux gris-bleu! Rarissime, et maintenant que j’y repense, il ressemblait un peu à une version nipponne de Jean d’Ormesson… Quoi qu’il en soit, il y a aussi un beau jardin à voir ici, mais notre timing ne nous le permettra pas.

Il est temps de prendre notre ferry, direction Megijima, une toute petite île (vraiment toute petite) sur laquelle notre amie Saori (qui a presque tout organisé de A à Z) a envie de voir quelques oeuvres…

Malgré le temps plus que moyen, la traversée est agréable et la vue sur les îles parsemant la mer intérieure est superbe. Nous accostons sur l’île et nous commençons a chercher les stands artistiques. Malheureusement, chaque exposition d’oeuvre est payante, et personnellement, mon budget est plus que serré. Si je veux profiter de cette expédition sur 3 jours, payer entre 300 et 500 yens CHAQUE oeuvre à voir va être impossible. J’aime l’art (pour rappel j’ai un Master 2 d’Arts Plastiques donc je ne crois pas mentir…), mais je préfère utiliser mon temps à découvrir le village lui même, plutôt que des oeuvres dont je sais que la pertinence risque d’être toute relative…  Voici donc quelques images prises sur l’île…

Tout l’endroit (et en fait une grande partie des îles de la mer intérieure) est investi par l’art, comme cette école primaire entourée pour l’occasion d’un oeuvre aux parfums d’Olympia. L’île est extrêmement pauvre, et nous passons de ruelles en ruelles en observant des maisons à l’abandon, des granges où s’entassent des témoignages de vies d’antan, et des jardins où seules les mauvaises herbes semblent entretenues. Nous croiserons même un chat qui avait l’air tellement faible qu’on a pensé le voir mourir, blottit dans une boîte en carton à l’uilisation non définie, bien qu’estampillée « boîte aux lettres »…

Pourtant, dans ces dédales où abondent les filets de pêche abandonnés sur les murs, et les tricycles rouillés dans les cours, quelques maisons contrastent tout à fait avec l’ambiance générale. Neuves, belles, vivantes, le petit village de bord de mer s’avère être en pleine reconstruction, comme au bord d’une deuxième vie. On trouvera ainsi face à face des maisons de standing et des granges en fin de course.

Et puis, avouons-le, même les vieilles baraques sont souvent charmantes, et les pots de terre transformés en jarres sur lesquels s’incruste encore le monde de la mer, sont d’une poésie assez touchante.

Je regrette un peu de n’avoir pas prit plus de photos des rues, mais il était difficile de distinguer ce qui ferait de belles images. L’ambiance à la fois triste, mélancolique mais poétique de l’endroit est plus clair quand on y a été que quand on y est. Mais croyez moi, parcourir les rues de Megijima vaut très largement une ou deux oeuvres d’art à 500 yens! Mais il est déjà temps de reprendre le ferry jusqu’à Shôdoshima cette fois, où nous allons passer les deux nuits de cette aventure.

Et sans retouche la photo s’il vous plait! A Shôdoshima, une connaissance de Saori nous attend, et nous emmène chez elle où elle nous accueillera pour nos deux nuits. C’est une dame à la retraite qui a visiblement l’habitude de recevoir du monde, si on en croit le nombre de pantouffles pour invités qu’elle a. Elle nous préparera des petits plats divins et sera une hôtesse de grande classe dans ce pays où il est rare et difficile de recevoir dans son foyer. Sakura et moi aurons une chambre pour nous seuls, avec, en prime, un petit autel Shinto dédié à Amaterasu Ômikami! (Les fans d’Okami comme moi apprécieront!)

Avant de dormir, j’adresse donc une prière à la déesse du Soleil pour qu’elle chasse ce vilain temps. Et je serai exaucé! Demain nous partons donc pour une grande aventure digne d’un épisode de Pékin Express (et je n’exagère pas) sur l’île de Teshima! Au programme, rando à vélo, accident, rencontres incroyables, découverte du folklore théâtral et promenade romantique… Alors, à demain!

Publicités

8 Réponses

  1. magnifique ce jardin! malgré la pluie.
    Je sais maintenant où aller si je retourne au Japon.

    13/10/2010 à 14:07

  2. Niwatori

    Je te le conseille effectivement! En plus la ville de Takamatsu, malgré le peu que j’en ai vu, est très jolie. Les places sont fleuries de statues, les shotengai sont très vivantes (un dimanche de pluie en plus!) etc… Bon par contre faut aller jusqu’à Shikoku… c’est le problème…

    13/10/2010 à 17:26

  3. kyn

    Fait déjà un petit moment que je ne suis pas passée par ici et je le regrette déjà quand je vois les photos !!
    J’apprécie la lecture et me délecte des photos 😉
    On peut dire que grâce à toi je voyage un pti peu dans ce beau pays et surtout, j’ai une liste énOOOOOrme de lieu à visiter 😀

    Je me suis permise d’ailleurs de te prendre 2/3 photos pour m’en faire un wall pour mon bureau :p

    06/11/2010 à 14:26

    • Héhé bon retour par ici Kyn! Aucun problème pour les photos, elles sont en accès libre en pleine résolution justement pour que tout le monde puisse les utiliser. Je demande juste à être averti pour des utilisation publiques (sur blog etc), sinon servez vous sans modération, c’est le but du blog : partager.

      08/11/2010 à 03:22

  4. Je vois avec horreur que tu n’es pas allé à Ogijima?!?!

    Bon, Konpira-san, Ogijima, revopir le Ritsurin sous le soleil, plus quelques autres trucs, je pense qu’il est temps que tu retournes à Kagawa très bientôt…

    Sinon l’ambiance de Megijima, c’est un peu ce que je lui reproche. Oui, toutes les îles de la région sont victimes de « l’exode insulaire » et de ce qui va avec (vieillissement de la population, désertification économique, etc), mais quand tu vois l’ambiance et le caractère des gens à Teshima ou Ogi, puis celle à Megi… (même les locaux pensent pareil)

    Pour le Festival, dommage que tu ne sois pas allé voir quelques oeuvres (surtout sur Teshima et Shodoshima), un passeport ne coûtait « que » 50,000 yens, il se rentabilisait très vitre (en fait, aller voir toutes les oeuvres de Teshima suffisait à la faire). Bon, maintenant, si ce n’était pas dans ton budget, je comprends.

    Un dernier truc: « Bon par contre faut aller jusqu’à Shikoku… c’est le problème… »
    Tu veux dire qu’il y a des endroits intéressants en dehors de Shikoku au Japon ?
    Plus sérieusement, c’est un peu le problème de Shikoku, tout le monde pense que c’est à l’autre bout du monde, alors que de nos jours, avec les trois ponts (celui de Kobe-Awaji-Naruto, le Grand Pont de Seto et celui dans la Préfecture d’Ehime) c’est tout aussi accessible que n’importe où ailleurs au Japon (et j’ai envie de dire, plus que Kyushu).

    13/11/2010 à 22:17

    • Oui effectivement j’ai raté Ogijima (et l’autre jour dans mon com chez toi, j’ai bêtement confondu avec Megijima…pas por l’ambiance, mais pour ces histoires d’îles fictives inspirées de vraies îles… Megi étant l’Onijima d’Ôkami etc… bref, pas d’excuse)et je comprends bien le contraste que tu mets en avant!

      Pour le festival, je n’en perd pas une miette grâce à tes articles, j’ai donc bien fait d’économiser 50 000 yens. Je ne connaissais même pas le prix de ce pass, mais si je l’avais su, je ne serai même pas allé jusqu’à là bas! Non vraiment, pour une visite des îles, je préfère aller voir les îles. Si j’habitais sur place, les choses seraient différentes.

      Enfin, moi je croyais qu’il n’y avait rien d’autre d’interessant que le Kansai!!! 🙂 Serieusement, ce que je voulais dire par « il faut aller à Shikoku », c’est que la plupart des touristes qui viennent ici ont leur circuit Tôkyô-Kyôto prévu (souvent sous la forme 1 semaine à Tôkyô et 3 jours à Kyôtô) du coup même Takamatsu demande un déplacement « conséquent ». Mais je le répète : il faut y aller bien entendu! Et j’espère y retourner un jour!

      14/11/2010 à 01:00

  5. David @ Ogijima

    En fait, l’autre nom (non-officiel) de Megijima, c’est Onigashima.

    Pour le Festival, il valait vraiment le coup. Moi qui ne suis en général pas fan d’art contemporain, j’ai pris mon pied (en fait, j’aime l’art quand il n’est pas dans des musées, ou pire, des galeries).

    Maintenant, si je devais choisir entre les oeuvres d’art, et les îles, je prends effectivement les îles sans hésiter une seule seconde.
    Et puis comme tu l’as certainement vu à Shodoshima et peut-être aussi à Teshima, les oeuvres en extérieur sont gratuites (et la plupart vont rester jusqu’en avril, d’autres de façon permanente même) donc si tu as l’occasion d’y retourner dans peu de temps.

    Je suis un très gros militant anti circuit Tokyo-Kyoto (oui bon, je suis un militant anti-circuits touristiques tout court, je suis pour l’abolition pure et simple des agences de voyage, responsables du tourisme de masse tel qu’on le connait et de toutes les « déviances » qu’il entraîne). D’ailleurs j’hallucine quand je vois le nombre de Français qui réduisent le Japon à Tokyo (les mêmes qui ne supporteraient pas que l’on réduise la France à Paris s’ils ne sont pas eux-mêmes Parisiens), alors que sérieusement, Tokyo est peut-être le lieu le moins intéressant que j’ai vu dans tout le Japon.

    Kyoto mérite par contre qu’on s’y arrête, et plus que trois jours, maintenant je dois avouer que je ne suis pas fan des gens là-bas, mais bon je les comprends, ça doit être soûlant tous ces touristes tout le temps.

    14/11/2010 à 09:38

    • La première fois que je suis passé à Tôkyô, ma première reflxion a été : « les Tôkyôïtes ne ressemblent pas aux Japonais! ». Depuis j’y ai habité 3 semaines et la ville a gagné des points dans mon estime. Mais cela reste juste une capitale. Je n’aime pas vraiment y rester.

      Kyôto est évdemment très différente et effectivement les gens ont un peu un abord frisquet. Je pense aussi que l’habitude du touriste a forgé ça, mais pas seulement. Il y a une sorte de fièreté à Kyôto. D’être dans la capitale culturelle etc… Je n’irais pas jusqu’à dire une prétention, mais on est dans l’idée je trouve. Tout ceci reste très relatif par rapport à ce que pourrait être une prétention Occidentale.

      Je deteste évidemment l’habitude de réduire le Japon à sa capitale mais dans un sens je préfère qu’il existe des circuits pour ceux qui n’ont pas la chance de rester longtemps, ou accompagnés comme toi et moi pouvons l’être. L’idéal étant bien sûr le hors piste, d’autant que celui là n’est pas dangereux 🙂

      14/11/2010 à 11:03

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s