balades d'un couple franco-japonais…

Et au milieu coule Kamogawa.

J’adore Kyoto. Vraiment. Je sais déjà que j’y passerai du temps car je veux m’y perdre, m’y promener etc… Et ça tombe bien, aujourd’hui nous y retournons pour voir une expo que Sakura attendait depuis un moment. Une expo regroupant des chef-d’oeuvres de l’art européen, venus de la collection du musée de Boston. Nous allons donc tout naturellement en profiter pour compléter ma dernière visite. Aujourd’hui il fait chaud, très chaud. 35 degrès et une humidité étouffante, mais rien ne nous arrêtera… Temples, zoo, musée, shopping, nous voici! Tant qu’il y a du matcha latté, il y a de l’espoir…

Sortie du métro, nous voilà face à face avec ce monstrueux Torii qui faisait partie de mes espoirs avant ma première visite au Japon, et que je n’avais finalement pas encore vu. C’est l’un des plus grand torii du Japon (pour pas dire LE plus grand car je ne suis pas sur à 100% et est l’entrée vers le Heian Jingu, le temple principal de Kyoto. Il se trouve que le Kyoto Municipal Museum of Art où nous nous rendons, est situé juste à ses pieds.

Il y a un peu de queue… fallait s’y attendre… Restons positifs : au moins, une fois qu’on aura passé la porte d’entrée, on pourra enfin se jeter dans les bras de l’Art sans plus attendre…

Ou pas… Bon, soyons positifs, ici il y a la clim. L’expo est plutot bien faite, regroupant des pièces d’une période assez large allant (grosso merdo) de la Renaissance aux débuts du Cubisme. Le seul problème c’est le mode de visite à la japonaise… Imaginez, la ligne au sol qui signale la limite à ne pas dépasser est concidérée par les nippons comme un cordon le long duquel ils feraient glisser la longe qu’on leur a attaché au cou… résultat : tout le monde avance en se bousculant poliement, le nez collé aux oeuvres, refusant ainsi à quiconque de prendre un peu de recul. Celui qui sort du rang ne voit plus rien, puisque derrière tout le monde, et doit bousculer pour réintégrer la file, ce qui est difficile. Bref, j’ai joué l’européen et j’ai du choquer pas mal de gens qui défilaient tranquillement devant les toiles, ignorant même qu’on pouvait prendre du recul, regarder de plus près, chercher un meilleur éclairage, bref, s’interesser aux toiles… Expo intéressante donc, tant sur son fond que sur sa forme.

Nous voilà ressortis en pleine chaleur, et nous décidons de manger un morceau. J’avais repéré sur notre plan un petit zoo. Moi j’adore les zoo, alors ni une ni deux, nous voilà partis avec notre pic-nic. L’entrée du zoo coute 600 yen, ce qui est relativement cher. On entre et là… le désert de Gobi! Personne (faut dire qu’on est mardi et qu’il est midi aussi…). On commence notre repas à l’ombre d’un arbre, puis on se met en route pour voir les nanimaux. Mais là, que de déceptions… les pauvres bêtes sont dans le même état que nous : loques à peine mouvantes écrasées sous le poids des degrés. Certains enclos sont carrément désertés. Je vous laisse donc quelques clichés, qui montrent assez bien l’ambiance régnante : étouffante.

Lui était le seul à sembler heureux… il devait penser à sa paye. Bref, déçus, nous repartons en direction du fameux Heian-Jingu, le temple principal de Kyoto. Nous n’avons pas l’intention de le visiter, ni même ses jardins, en tout cas pas aujourd’hui, mais je veux tout de même aller à son entrée et dans sa cour, pour juger de la grandeur. Et là, je ne serai pas déçu…

Il est temps de quitter l’endroit pour rejoindre un autre temple célèbre de Kyoto : Ginkaku-Ji. Si tu te souviens bien, nous avions déjà visité Kinkaku-Ji, le pavillon doré. Cette fois, il s’agit du pavillon argenté, dont la construction fut entreprise par le petit fils du propriétaire de son homologue doré. En réalité, le pavillon est inachevé et n’a jamais été couvert d’argent. Mais il reste célèbre et incontournable car le style très original de son jardin mêlait en son temps le traditionnel et le moderne. A cette époque, cela était impensable. Ce temple est donc considéré aujourd’hui comme un des piliers fondateur du mode de vie moderne des Japonais, ancrés dans la tradition, mais farouchement novateurs.

On se promène ensuite autour du pavillon en empruntant un chemin tout balisé de bambous, où l’on croise des puits dans lesquels on jette une pièce pour s’attirer les bonnes grâces d’un Kami, des autels divers, un point de vue sr le pavillon en contrebas, etc…

Allons maintenant attendre le bus, en compagnie des cigales, pour un retour vers le quartier de Gion. Il fait toujours 35 degrés, Sakura se paye une sorte de granita (le nom nippon m’échappe)…de la glace pilée avec du sirop dessus, très convoité ici.

Nous voilà dans le bus quand tout à coup, nous passons devant un tout petit temple qui me semble très mignon, ni une ni deux, nous descendons à l’arrêt le plus proche pour aller voir ça de plus près. Le temple s’appelle Okazaki-Jinja, il est fermé mais reste agréable à découvrir. Gouverné par les représentations de lapins, Sakura comprends que l’on vient ici pour prier dans l’espoir d’avoir des enfants. Cela est rapidement confirmé par les nombreux ema que l’on trouve… Le lapin représentant bien ce que tu penses : un fieffé baiseur.

Superbe, mais il est temps de marquer la première pause digne de ce nom : la pause Matcha Latté! Si tu ne connais pas, je t’explique rapidement : du thé vert au lait, glacé (ou chaud, mais en l’occurrence, glacé c’est mieux) avec éventuellement de la chantilly par dessus… Depuis l’année dernière j’en suis dingue. Sakura n’est pas fan, mais moi, je m’en ferais péter le bide. Première escale matcha latté dans un genre de Starbuck à Gion.

Nous passons maintenant à la phase shopping, puisque j’ai besoin de chaussures et que Sakura est une fille… Elle ne manque pas d’arguments pour me faire avancer dans les magasins… bon grès, mal grès, je finis par trouver mon « bonheur » dans un des nombreuses galeries marchandes (shotengai) du centre de Kyoto.

Nous sommes en fin d’après-midi et il ne nous reste plus qu’à manger et attendre la nuit pour clore notre visite par Yasaka-Jinja. Tu te souviens de ce temple couvert de lanternes de papier, devant lequel on se dit : « ouah ça doit être pas mal la nuit!’ Et bien cette année, je compte bien m’en assurer. En attendant, un dernier petit matcha latté pour la route, cette fois j’opte pour la version d’un Holly’s Café…

Et c’est parti pour la visite finale : Yasaka-Jinja by night. Je te laisse savourer et te donne rendez-vous bientôt pour la suite des aventures.

Publicités

6 Réponses

  1. Je connais tout ça, enfin presque, mais chaque fois ça me fait un choc !! Je dois avoir le syndrome de Kyoto ;))
    Comme je suis envieuse !! Enfin, heureusement, qu’il me reste du macha latte (en poudre, mais c’est déjà ça …) !
    Je repasse pour tout voir, tout lire …

    25/08/2010 à 17:11

  2. Voila, j’ai plus de temps maintenant que je ne suis plus au bureau ;))
    Je peux t’assurer que tu as trouvé une lectrice assidue. Je sens que je vais me régaler à suivre ton périple !
    Les visites des zoo sont en effet souvent bien tristes ; je ne connais pas celui-ci, mais j’avais trouvé pitoyable celui d’Ueno. Je me souviens d’un pauvre panda complètement amorphe, le pauvre ! Je comprends que les japonais n’y fassent pas la queue, pas comme dans les musées ;)) On dirait qu’ils y prennent goût, pas comme nous, hein, qui ne sommes que des gaijins mal élevés ;))
    La glace pilée avec le sirop, c’est du kakigori http://japonasimut.canalblog.com/archives/2010/07/22/18572035.html, très rafraîchissant, surtout lorsqu’il fait 35° !
    Bonne continuation et à très bientôt car je vais essayer de ne pas perdre une miette de vos pérénigrations (j’ai mis l’alerte par mail) !

    25/08/2010 à 19:06

  3. Niwatori

    héhé voilà kakigori (j’avais oublié de redemander à Sakura) merci!
    La queue au musée m’a effectivement surpis, non pas que je pensais que cette expo sur l’art européen ne les interesserait pas, mais surtout car nous étions mardi.
    Merci enfin pour l’enthousiasme, j’espère pouvoir raconter beaucoup des petits riens qui composent notre quotidien, même si je vais déjà avoir 3 semaines d’inactivité puisque je serai à Tokyo du 29 au 18 septembre, et je ne sais pas quel accès j’aurai à internet ou combien de temps je pourrai y conscrer…

    26/08/2010 à 02:36

  4. SoKeA

    « paye moi un rêve »
    sur cette photo, tu as modifié quelque chose ? Il faut que tu m’expliques cette photo..qu’est-ce qu’il y’a en son centre ?

    Sinon lequel des Matcha latté as-tu préféré ?

    29/05/2011 à 23:13

    • aaaaah j’avais oublié le titre de la photo dis donc!! du coup je cherchais de quoi tu parlais… bref! Non je n’ai rien modifié hormis la couleur. En fait c’est une sorte de fontaine naturelle, un trou d’eau si tu préfères, dans lequel les touristes jettent des pièces (comme partout dans le monde) pour exaucer leurs prières. Au centre, c’est un petit monticule de pierres plates. Je pense que c’est plus visible quand on zoom la photo.

      Pour le matcha, j’avais largement préféré celui du Holly’s Café, il était plus onctueux, et la journée était plus avancée aussi 😉

      29/05/2011 à 23:21

  5. SoKeA

    oui, c’est vrai…en zoomant on voit que les pièces sont plongés dans l’eau…

    Ta boisson m’a donné envie mais je pense pas trouver ça dans le starbuck de mon quartier. Je vais me rabattre sur de la glace pilée (très apprecié en asie tout court)comme Sakura.

    29/05/2011 à 23:26

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s