balades d'un couple franco-japonais…

La valse à deux temps.

Bon, c’est pas nouveau, le Japon est célèbre pour son incessante et permanente dualité. Traditions, modernité, discipline, extravagance etc. Moi j’aime rencontrer l’un dans l’autre…j’aime les endroits souvent confidentiels où l’ancien survit dans le neuf… Nara m’avait plut bien sur, mais en tant que site historique…je préfère croiser un petit temple isolé entre des immeubles… Et bien pour ceux qui aiment tout ça à la fois, Kyoto est un paradis. Je pense sincèrement qu’il faut rester longtemps a Kyoto…prendre le temps de s’y perdre et de s’y ennuyer… mais bon! les coins touristiques ne le sont pas pour rien… Voici un aperçu de cette riche cité qui valse inlassablement entre deux temps…l’un ne voulant pas disparaitre, l’autre ne voulant jamais rester seul…

gare de Kyoto

Nous voilà dans la gare de Kyoto…merveille architecturale qui semble vouloir s’affirmer comme symbole de modernité dans une ville si stigmatisée. Nous nous rendons rapidement vers le premier temple pour y voir quelque chose qui m’attire depuis longtemps : le « couloir de torii » (nom complètement non officiel de Fushimi Inari).

Un mur de plaquettes (noms de donateurs?) et le dieu shinto célébré ici, Inari, omniprésent sur ce site.

Ici on cloute les cailloux pour qu’ils ne s’évadent pas…on a trouvé un plan de la prison, avec un couloir de torii qui nous tends les bras… je pensais pas avoir affaire à un si long chemin…je voyais ça sur 100m, pas sur 6Km… mais hors de question de se dégonfler…j’en ai trop souvent rêvé… on entre.

Tout simplement faramineux… alors on avance, et on entre dans le détail.

voisine

face retour

mieux qua Disneyland

Et puis parfois, une rupture dans le ventre du dragon de bois…alors on s’échappe…et là, une fois de plus, on est happés par la nature.

bambous

dans les bois

bénitier de là bas

chasseur et chassé

Et puis de temps en temps, un temple apparait…et dès que l’homme y repose la main, la valse à deux temps reprends…

prières au dieux et aux portales

Alors on quitte l’endroit car nous devons traverser la ville en bus pour rejoindre notre prochain temple… En route, nous rencontrerons deux jeunes filles aux parfums d’antan…

arrivée Kiyomizu-dera

Nous voilà à l’entrée de Kiyomizu-Dera… temple immense soutenu par 139 poutres sans clou ni vis, à la population touristique monstrueuse. C’est impressionnant, et on a même droit à une parade au dragon…

Mais rien ne vaut un peu de recul…

Ginkaku et arbres

Nous continuons notre promenade en passant par le Yasaka-Jinja… petit mais costaud en lanternes de papier…Tu pourras en retrouver une version nocturne à la fin de cet article.

yasaka-Jinja

Yasaka-Jinja

Il est temps de nous diriger vers le clou du spectacle…le fameux Kinkaku-Ji (à ne pas confondre avec le Ginkaku, plus a l’Est de Kyoto), appelé aussi « pavillon doré »…attention les yeux!Jadis

Kinkakuji le pavillon doré

jardin

les fameuses Koi en eau claire

Sakura et kinkaku

Que demander de plus? Ou alors juste un petit retour dans la ville, un petit restau, un passage rapide dans le quartier des Geisha (sans en voir une… mais c’est un quartier qui mériterait un article à lui seul…). Après ça il ne nous restera plus qu’à rentrer a Osaka et nous reposer de cette journée touristique épuisante.

Kamo, la rivière de Kyoto

temple en nocturne

temple en nocturne

temple en nocturne

Kyoto theater soir

electricité

Kyoto soir

mystérieux quartier des Geisha

mystérieux quartier des Geisha

Comme j’aime varier les représentations, tu as aussi l’occasion de voyager à Kyoto en vidéo. Ce petit passage du film que j’ai fait reprends tout ce que tu viens de voir, mais en mouvement et en musique bien sûr (Kokia en l’occurence).

Tu peux trouver tous les extraits vidéo de mon voyage de 2009 ici.

Publicités

7 Réponses

  1. Bonsoir,
    Tu as bien fait de mettre ce lien chez Domi, l’asimutée. J’en viens et je suis ravie d’avoir lu ce beau billet. Je ne peux m’attarder davantage, je le regrette. Je repasserai sans doute.
    Bonne continuation,
    Claudine

    01/10/2010 à 21:58

    • Niwatori

      Merci beaucoup! Et bienvenue ici, où j’essaye de partager mon quotidien et ma « découverte » du Japon.

      02/10/2010 à 01:09

  2. Bonjour, moi aussi j’arrive de chez Domi, je trouve ton reportage très bien fait, très vivant, j’aime bien les gros plans que tu as réalisé, Bravo, je repasserai

    02/10/2010 à 13:06

    • Niwatori

      Merci beaucoup lemasne (et merci à Domi de me relayer autant de monde :))

      Je m’attache ici à écrire comme je pense, donc souvent avec peu d’informations utiles, mais plutôt mon ressenti et ma vision des choses. L’oeil de l’appareil photo peutremplaçer l’oeil du lecteur un instant, mais les commentaires, aussi simples soient-ils, peuvent aider à reconstruire un peu de hors-champs. en tout cas c’est ce que j’éspère.

      Bonne lecture!

      02/10/2010 à 16:59

  3. Niwatori

    Petite mise à jour de l’article, pour ceux qui n’avaient pas vu les vidéos du voyage, l’extrait concerné par cet article a été ajouté. Merci.

    04/10/2010 à 03:12

  4. Deux ans déjà que tu as écrit ce post!

    Une valse à deux temps! Que c’est joli 🙂
    Aussi bien que ce parterre de galets et le chat qui se lèche paisiblement les babines, face au bassin, où il devine les carpes…
    Ce fût court en image ce passage par Fushimi Inari… Mais à présent, je connais le chemin et l’émerveillement qu’il procure à la simple voyageuse que je suis.
    Que des vues précieuses à des endroits différents!
    Les lumières dans la nuit, font prendre tout un autre sens à la ville…Gion!
    Et tu aimes les insectes! Il y en a 🙂
    La libellule ne m’est pas passée inaperçue!!!! 😉 J’en suis ravie!
    Tu vois, même avec le temps, ton contenu est empli d’actualité.

    La musique de ta vidéo est grandiose! Quelle belle voix! J’aime beaucoup.
    Je me suis ainsi régalée par les images qui manquaient…
    Arigatō!

    15/12/2011 à 06:02

    • oui je n’avais pas encore développé mon style « longues balades » que tu connais bien (pourtant ce jour là nous avions marché l’équivalent de 25 kilomètres) et les commentaires ne se bousculaient pas encore 🙂
      Pour la musique de ce passage, il s’agit d’une chanson de Kokia qui s’appelle « Chowa no oto »

      15/12/2011 à 09:46

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s