balades d'un couple franco-japonais…

A day in a life (airports stories 1)

Ça commence comme tous les jours, on se réveille. On se regarde, entre deux ouvertures de paupières, et on garde l’image de l’autre quelques secondes à chaque fois qu’on les referme, alourdies par le sommeil. Et puis vient le premier mot… Toujours le même… Celui que j’aime le plus entendre : Ohayo!

Alors on se lève, difficilement, car cette nuit n’aura duré que 4 heures. Il faut pourtant se préparer, il se passe quelque chose qu’on ne peut pas se permettre de rater aujourd’hui. Et Dieu sait que cette chose immanquable, on donnerait tout ce qu’on a pour la manquer… Aujourd’hui on se lève côte à côte, ce soir on se couche chacun à un bout de la planète. Aujourd’hui Sakura rentre au Japon…

Et c’est parti! Nous voilà à la gare de Saint Étienne Châteaucreux, prêts à affronter notre destin. Le soleil nous réchauffe doucement, nous laissant croire encore un peu que l’on part en week-end. La priorité à ce moment là, c’est de sortir la tête de notre cul. Pas trop de place pour la « déprime »…

Première étape : Lyon Part-Dieu. On n’a pas beaucoup de bagages, mais ils sont assez lourds pour qu’on limite les déplacements…Avant de descendre dans la gare, je jette un oeil au tableau des correspondances. Bien inspiré : notre TGV arrive sur le quai derrière nous, et notre voiture sera placée exactement sur notre repère. Parfait, continuons à profiter de la douce chaleur matinale sans penser à rien d’autre.

Mais voilà…ça se gatte…On arrive à Roissy Charles de Gaulles et tout s’accélère : tapis roulants endiablés, voyageurs qui courent, stewards et hôtesses en retard, haut-parleurs qui débitent des informations en 3 langues…

Bienvenue à l’aéroport d’où s’échappent au loin de gros oiseaux de fer qui me rappellent douloureusement et de manière soudaine la raison pour laquelle je ne voulais pas voir  cette journée arriver…

Voilà, c’est fait! Les valises sont enregistrées. On avait 3Kg de surplus, à 30 euros le Kilo, on a allégé d’1Kg et l’hôtesse nous a fait cadeau du reste. Sympa. Nous voilà donc sortis du marasme de la foule, pour la partie la plus difficile : l’attente.

1 heure 20 à combler. Oui à combler…tu vas me dire qu’on a des tonnes de choses à se dire à ce moment là…que le temps nous manque etc…et bien non, pas du tout! Le plus important, on se le dit bien avant. Et puis il y a ce phénomène : on sait que le premier qui va aborder un sujet du genre : « tu vas me manquer », va aussitôt susciter une montée lacrymale inopinée et contagieuse.

Alors, le temps d’un café, d’une petite marche dans l’aéroport, d’un coup d’oeil à l’affichage, le silence se fait.

Escalators CDG

Outside CDG

ciel gare CDG

Aéroport CDG

Au bout du couloir, la porte d’embarquement, limite ultime de séparation entre celle qui prend l’avion, et celui qui en rêve. On s’attarde, mais pas trop parce qu’on aimerait éviter la petite montée de larmes qui s’est produite furtivement quelques minutes plus tôt. On va à l’essentiel « Je t’aime, à tout à l’heure et bon voyage! » et puis on s’en retourne.

Bien sûr j’ai conscience que ce post est un chouilla trop mélo, mais bon ça s’est passé aujourd’hui aussi… On sait qu’on se voit bientôt, on sait que la technologie nous permet une proximité qu’on n’aurait même pas imaginée il y a 20 ans etc etc… Mais il y a une chose douloureuse (et là je parle pour moi, pas pour elle), c’est d’être celui qui reste. Elle vole vers sa vie d’avant, elle va dormir dans son lit d’avant, dans sa maison d’avant et ainsi de suite. Moi je rentre chez nous, je me couche dans notre lit, je regarde ses pantoufles et demain matin, je n’entendrai pas Ohayo!

Putain…vivement mon tour!

a nice day to exit

Publicités

4 Réponses

  1. oxydcygo

    Comment veux-tu ne pas être mélo mon pote… même moi qui suis celui qui reste sans voir personne partir tu m’en as foutu la boule dans la gorge.
    Tiens bon en attendant de la retrouver, parce qu’au final, c’est juste un « loin des yeux -verts-, loin des yeux -bridés- » 🙂

    16/07/2009 à 11:20

    • Niwatori

      merci mec! Elle te passe le bonjour d’ailleurs, en duplex de skype 🙂 Le temps est aux départs…Clacla est dans l’avion comme tu le sais, et elle m’a appris que tu vas la rejoindre a New York mon petit saligaud! j’ai hâte d’en savoir plus! on se tel!

      16/07/2009 à 11:23

  2. J’ai l’impression de lire un roman, c’est cool. J’espère que l’histoire se termine bien !

    03/01/2011 à 14:49

    • Nous écrivons un nouveau chapitre chaque jour, mais pour l’instant, l’histoire se déroule à merveille, comme tu pourras le découvrir 🙂 Mais c’est sur que chaque séparation est difficile. Heureusement chaque retrouvailles rattrape le coup ^^

      03/01/2011 à 15:05

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s