balades d'un couple franco-japonais…

Peau d’encre…

japonaise-tatouee

Après une longue hésitation, je me décide enfin à venir te parler d’un sujet qui me tient plutôt beaucoup à cœur, et que je défends bec et ongles contre les sceptiques…je parle bien sur du tatouage. Attention, je ne compte pas m’adresser à toi, ado post-pubert qui exulte à l’idée de te faire encrer une étoile façon Quentin de la star-ac, ni à toi qui regarde avec envie le tribal de Georges Clooney dans « Une nuit en Enfer » (excellent film de Robert Rodriguez, référencé aux séries B , avec Quentin Tarantino, Georges Clooney, Harvey Keitel etc…). Enfin, si toi aussi tu aimes plus que tout au monde les squelettes en feu, chevauchant une Harley dont les roues sont transpercées par des épées moyenâgeuses, tu peux d’ors et déjà partir.

Je n’ai pourtant aucunement l’intention de te dire ce qui est bien ou non en matière de motifs à encrer…cela est impossible bien sur, et il faut respecter les choix de chacun (même si parfois, on peut franchement se demander ce qui leur passe par la tête!). Le but de cet article est surtout de rassembler tout ce qui m’intéresse sur le tatouage. Alors évidemment quand je parle de tattoo, ça rime plus avec Japon qu’avec Polynésie, Etats-Unis ou autres lieux emblématiques de différents styles de tatouages… Enfin, je vais essayer de te livrer les conclusions de ma réflexion personnelle à la question « pourquoi j’aime le tatouage? » aidé par mes amies encrées, que j’ai rencontré au grès de mes pérégrinations internetesques…

Commençons par définir les fondements du tatouage traditionnel Japonais. Il porte deux noms, irezumi ou horimono. Horimono désigne l’ensemble des tatouages. Cependant, irezumi est le terme utilisé en général pour désigner le tatouage traditionnel couvrant de larges parties du corps, et pouvant aller jusqu’au « tatouage intégral » typiquement japonais, qui habille le corps comme une seconde peau. De tels motifs représentent de véritables œuvres d’art au coût élevé. Il existe ainsi des maîtres et des disciples, formant des « écoles » artistiques au même titre que pour d’autres formes d’art. Le tatouage renvoie dans l’inconscient collectif nippon au monde des yakuza, la mafia japonaise. Pourtant, le tatouage au Japon a une histoire bien plus ancienne. La symbolique accordée au tatouage a fortement évolué au cours des siècles.

gentils japonais

Aux IIIème et IVème siècles, certaines chroniques chinoises évoquent des pêcheurs japonais au corps entièrement tatoué, pratique apparemment sans connotation religieuse ou rituelle. Du point de vue de la culture lettrée chinoise, le tatouage était une pratique jugée barbare et honteuse. Or, la culture chinoise allait progressivement devenir l’influence majeure pour les élites aristocratiques japonaises… Au VIIIème siècle, les premiers ouvrages imprimés japonais apparaissent. Le Kojiki, écrit en 712, mentionne deux catégories de tatouages, l’un noble, réservé aux personnes illustres, et l’autre au contraire dégradant, réservé aux criminels.

L‘arrivée du bouddhisme et des doctrines confucianistes au Japon (VIème siècle) coïncide avec un changement radical de perception du tatouage. Venu de Chine par la Corée, le bouddhisme amenait avec lui une forte part d’influence culturelle chinoise, qui donnait une connotation négative au tatouage. Ainsi, le tatouage s’est mis à désigner des groupes sociaux en marge; par exemple ceux à qui l’on avait imposé le tatouage comme peine judiciaire. Les résidentes des quartiers de plaisir, également, comptaient parmi ces groupes sociaux. Les yujo (prostituées) et les geisha de rang inférieur devinrent adeptes de cette pratique, alors que les geishas et courtisanes de haut rang la dédaignaient. Lors des guerres civiles du Sengoku Jidai (le XVIème siècle japonais), certains samouraïs se faisaient tatouer le symbole de leur clan sur le bras ou le corps. Lors des batailles, cette méthode permettait d’identifier à coup sûr les cadavres à une époque où les armures étaient volées et où l’on avait l’habitude de couper les têtes des ennemis…

Ok, maintenant, dis toi que dans toutes les cultures, c’est à peu près le même schéma, conduisant un peu partout les gens à associer maladroitement le tatouage au monde du voyou, du mal famé etc etc… Mais puisque tu es ici, tu dois faire partie de ces gens dont l’ouverture d’esprit est suffisante pour ne pas laisser ces vilains clichés te brouiller la vue. Alors le tatouage, et plus précisément l’irezumi (pas nécessairement intégral d’ailleurs), pourquoi ça me plait?

105101_f520

Alors là tu vas me dire :  » ouaiiiis bein évidemment si tu prends des photos de filles nues, avec ça, moi aussi je peux aimer le tatouage! » Et bien sur, je suis d’accord… Mais c’est seulement parce que ce genre de modèle met parfaitement en exergue ce que le tatouage représente pour moi : le sensuel.

Plusieurs raisons à cela. D’abord voir un tatouage, c’est voir un corps nu, toujours. Alors sur la main c’est moins sexy que sur un dos c’est certain. D’abord parce que le dos nu renvoie inévitablement à l’autre côté, et aussi parce que la surface est moins souvent dévoilée..bref! Voir un tatouage signifie entrer sur une propriété privée.

irezumi tatouage-chinois

Bon tu vas me dire que je fais une fixette sur les dos féminins….et…tu auras raison…mais je trouve que c’est la meilleure illustration pour justifier mon propos. Alors bien sur, se faire encrer de tels motifs, c’est pas donné. Et puis il faut être bien sûr de ce qu’on veut. A mon avis, si on commence à se faire tatouer seulement pour le coté « décoration », c’est le début de la fin. Cela dit, pour être moi même passé sous le dermographe par deux fois, je dois bien avouer que c’est rapidement tentant.

Les personnes hésitant à se « jeter à l’eau » ont toujours les mêmes arguments (je ne parle que des arguments constructifs). En général, le premier est : « j’ai peur de me lasser de mon tatouage, ou de le regretter… » Donc là c’est certain : n’y va pas. Par contre, voilà ma vision des choses : regretter son tatouage me semble vraiment difficile, si celui là est arrivé au terme d’une réflexion sérieuse. Si tu as encré un perroquet qui sodomise une vache dans un moment d’alcoolémie intense, évidemment ça risque de moins bien se passer…

Le deuxième argument, c’est la douleur… est-ce que ça fait vraiment mal? La réponse est oui. Est-ce que c’est insupportable? bien sûr la réponse est non! D’abord tout dépend de la zone encrée…le bras sera moins douloureux que les mollet, ou la nuque ou les mains etc etc… Mais peu importe car il faut bien être conscient que la douleur fait partie intégrante du processus. Tu fais entrer dans ta peau quelque chose qui y restera à jamais. Vaut mieux le sentir passer, pour en être d’autant plus conscient. Le rapport au corps est permanent quand on parle de tatouage, c’est une évidence. Mais la douleur est affaire de quelques minutes (ou heures selon ton motif) ; c’est pas cher payé pour une transformation à vie. Je dis souvent que le plus douloureux, ce sont les quelques jours qui suivent le tatouage et durant lesquels il cicatrise, occasionnant souvent de belles démangeaisons qu’il te seras impossible de soulager, sous peine de massacrer ton encrage. ÇA c’est horrible!

noir et blanc tattoo

Certaines personnes trouve que l’irezumi, c’est trop. Y compris des irezumi partiels comme la photo ci dessus. Je peux comprendre, cela dit, personnellement, un irezumi couvrant un bras (épaule et biceps, pas avant bras) est quelque chose de très plaisant. Je trouve le tatouage couvrant particulièrement sensuel.

Voici très précisément comment je vois les choses : le tatouage n’est rien d’autre que de la lingerie fine. A l’exception près qu’elle ne s’enlève pas, elle se traverse. Tu vois un soutien-gorge —> tu le caresses, c’est sensuel car tu sais que tu vas l’enlever pour atteindre la peau (enfin je te le souhaite!) Maintenant tu vois un tatouage —> tu le caresses, ça y est, tu as traversé le motif, tu es sur la peau. Peut-être que mon explication semblera farfelue, mais c’est comme ça que je ressens les choses. Alors après se pose une question plus importante : « est-ce que je suis capable de porter un irezumi? pour toujours? etc… » Ma réponse personnelle est non. Mais qu’est-ce que c’est beau!

tattoo_irezumi

J‘ai parlé de cet exemple un peu extrême pour bien illustrer mon propos. Mais un petit tatouage peut très bien assurer le sensuel. En conclusion, je dirais que le tatouage est avant tout affaire de narcissisme. Vouloir changer son corps, l’embellir, le marquer d’un symbole important pour nous, c’est une façon à la fois de montrer quelque chose aux autres, d’être fière de quelque chose, mais aussi et surtout de s’offrir une bonne raison d’aimer son propre corps. Que l’on décide de se tatouer seulement pour le côté esthétique ou non.

repos

On entend souvent que le tatouage est une façon de s’intégrer à un clan etc…c’est sans doute vrai dans certains cas. Personnellement, je n’ai pas d’amis tatoués, et je ne me sens pas faire partie d’un « club » ou quelque chose comme ça….les « tatoués » ne se saluent pas dans le rue comme les motards… Pour mon cas personnel, c’est donc purement égoïste et narcissique. J’ai décidé d’encrer dans ma chair la chose la plus importante à mes yeux : l’ouverture d’esprit. Je l’ai symbolisé à travers mon amour pour les cultures Française (le coq), Coréenne (l’hibiscus) et Japonaise (les fleurs de cerisier), en y ajoutant l’inscription « Découverte des Cultures » en coréen. Mais je ne m’interdit absolument pas d’étendre ce tatouage, seulement si  je trouve une chose suffisamment importante pour rejoindre mon encrage actuel…

Allez! t’as été sage, t’as bien tout lu! Maintenant tu as le droit d’aller te foutre de la gueule des plus gros blaireaux de la planète qui soient passé chez un tatoueur! Voici mon préféré :

SteeverFace

T’en veux d’autres? Clique là : Horribles tattoos et bonne visite!

EDITION du 25/09/14 : et si tu veux en apprendre plus sur mes tatouages (et ma plus grosse pièce dans le dos), dirige toi vers mon blog plus récent  sur cet article

Publicités

10 Réponses

  1. remi

    1. bravo pour cet article
    2. Nous n’avons jamais échangé le dessus mais je suis absolument dakor avec tout ske tu as écris!!
    3. tu ecris très bien
    4. j’ai fini le cirage de pompe mais c’était sincère

    10/09/2009 à 17:52

  2. cathymini

    Bel article, tellement à propos dans mon cas ^^

    18/08/2010 à 19:20

    • Niwatori

      Merci! J’ai lu vos article à toutes les deux, et je comprends l’impatience d’attendre jusqu’à vendredi pour ton encrage! J’espère bien (re)passer sous le dermographe au Japon aussi… mais je ne sais pas quand. J’espère qu’on aura droit à des images de vos deux tattoo!

      18/08/2010 à 20:20

  3. cathymini

    Au fait, quand exactement arrives-tu à Tokyo ? ça pourrait être sympa de se faire un coucou en passant 🙂 On parlera tatouage ^^

    20/08/2010 à 13:47

  4. Niwatori

    J’avais pensé à la même chose sans oser le proposer… On arrive le 29 au matin à Tokyo. Si je ne m’abuse, vous repartez le 31? Dans ce cas et si vous êtes dispo, ce serait avec plaisir que ma chérie et moi prendrions un verre avec vous deux! Sachant que ma formation débute le 30 en début d’aprem, nous sommes dispo la journée du 29 (le soir est réservé à beau-papa) et la matinée du 30…

    Si vous avez un numéro de téléphone au Japon, ou simplement par mail, on peu s’organiser une petite rencontre… Avec grand plaisir pour nous!

    Sinon, j’espère que la séance chez le tatoueur s’est bien passée, je lirai sans doute ça sur tes pages 🙂

    20/08/2010 à 14:58

  5. cathymini

    Waaa ça va être tendu ! On repars le 30 au matin en fait :S
    Le 29, on participe à un matsuri et on doit faire le check out de notre appart entre 16 et 17h. Ensuite, on traine nos bagages jusqu’à notre hôtel à Ueno pour la dernière nuit.
    A quelle heure vous allez voir le beau papa ?
    Tu es sur twitter ? ça serait plus simple pour s’échanger les mails par MP.

    22/08/2010 à 16:09

  6. Niwatori

    ah oui effectivement c’est un programme chargé!! Je ne sais pas encore à qelle heure on ira voir beau papa, ni combien de temps…ce serait peut etre la le meilleur créneau…

    24/08/2010 à 00:24

  7. Ton article, en plus d’être plaisant à lire, et excellent sur de nombreux points.
    J’ai ajouté ton blog à ma liste de lecture « à peu près » régulière, je te souhaite beaucoup de courage pour ta nouvelle vie au Japon.

    01/03/2011 à 17:52

  8. Merci beaucoup pour ces compliments et bienvenue sur ces pages!!

    Je ne parle pas souvent tatouage, mais si j’en crois ta présentation, tu es fasciné par les êtres humains et les sociétés dans lesquels ils évoluent… Peut-être trouveras-tu un intérêt aux pérégrinations d’un Frenchy au Japon, ou à sa vie de couple multiculturel, même si ça, tu dois déjà bien connaitre!

    Encore bienvenue et n’hésite pas à commenter tout ce que tu veux!

    02/03/2011 à 02:17

  9. 🙂

    02/03/2011 à 10:54

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s